17 septembre, 2020

« EL DERECHO DE VIVIR EN PAZ» COVER SHEILA BLANCO

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 
SHEILA BLANCO
« SHEILA BLANCO - EL DERECHO DE VIVIR EN PAZ (VÍCTOR JARA)» 
[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 

    02 avril, 2020

    ROGER WATERS - « EL DERECHO DE VIVIR EN PAZ» (VÍCTOR JARA)

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    PHOTO VITTORIO ZUNINO CELOTTO
    « ROGER WATERS - EL DERECHO DE VIVIR EN PAZ (VÍCTOR JARA)» 
    [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 

      22 janvier, 2020

      ILS N’ONT PAS HONTE !. LES CHIENS SE LÂCHENT SUR VICTOR JARA

      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      LA TOMBE DU CÉLÈBRE CHANTEUR PROFANÉE 
      La tombe du célèbre chanteur chilien a été profanée, samedi, alors que la rébellion du 18 octobre résonne de ses chants.
      VICTOR JARA ET MATAPACOS
      DESSIN NEKOTERU_ART
      Faut-il être à ce point lâche, cynique et défiguré par la haine pour oser profaner la tombe de Victor Jara? Les restes de l’auteur-compositeur-interprète chilien, nommé ambassadeur culturel en 1971 par le gouvernement de Salvador Allende, reposent dans le cimetière général de Santiago du Chili. Les offrandes qui entourent sa pierre tombale donnent la mesure de la popularité de cette icône communiste de la nouvelle chanson chilienne et ce, presque un demi-siècle après son assassinat.

      À la suite du coup d’État de Pinochet le 11 septembre 1973, Victor Jara est arrêté et conduit au stade Chili qui porte aujourd’hui son nom. L’enceinte sportive est alors transformée en un camp de concentration, une antichambre de la mort. Le troubadour guitariste est frappé jusqu’au sang, torturé. Ses mains, qui étaient « son amour et sa substance », sont broyées pour qu’il ne puisse plus jamais jouer. Il mourra criblé de balles sans que les bourreaux ne parviennent à tuer le mythe. Ce samedi 18 janvier, la tombe du troubadour a été souillée de cette inscription en lettres rouges : « Il n’y a pas de main », a osé taguer un sinistre individu.

      La rébellion populaire du 18 octobre a sonné le réveil de la société chilienne contre le modèle politique et économique hérité du dictateur. Elle excite depuis les sbires et autres nostalgiques du pinochétisme qui enragent d’entendre les manifestants entonner sans cesse la chanson « le Droit de vivre en paix », composée par Victor Jara. « Comme cela leur fait mal, comme ils aimeraient l’assassiner mille fois ! Son chant les poursuivra pour toujours et Victor continuera de vivre dans les millions de voix », a réagi Jorge Coulon, l’un des fondateurs d’Inti Illimani, un groupe emblématique de la chanson engagée. Les fascistes ont beau s’acharner, le barde Jara chante encore.
      Cathy Dos Santos
      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
      REVENDICATION DE LA PROFANATION PAR
      DES TROLLS DE LA FACHOSPHÈRE CHILIENNE

      23 octobre, 2019

      AU CHILI, LES MAGNIFIQUES CHANSONS DE VICTOR JARA PERCENT LE SILENCE DU COUVRE-FEU


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      CHE - VICTOR JARA
      Dans le ciel de Santiago, une mystérieuse femme a entonné d'une voix lyrique les textes de ce célèbre artiste populaire mort sous la junte militaire de Pinochet. 
       «AU CHILI, LES MAGNIFIQUES CHANSONS DE  VICTOR JARA QUI PERCENT LE SILENCE DU COUVRE-FEU» 
      [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 
      Chili - 46 ans après sa mort, ses textes défient encore le pouvoir. Au Chili, l’instauration d’un couvre-feu pour freiner la contestation populaire, samedi 19 octobre, fait visiblement émerger des talents et raviver des figures populaires.

      Selon plusieurs vidéos postées sur Twitter, dans la nuit de lundi à mardi, une femme a fait le bonheur des insomniaques et contestataires chiliens en entonnant d’une voix lyrique, dans le ciel de Santiago, les oeuvres du célèbre chanteur populaire Victor Jara.

      Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, la voix puissante de cette inconnue, combinée aux textes de ce chanteur engagé, a provoqué des applaudissements et des cris de joie qui ont défié le couvre-feu des autorités.

      Durant la nuit, la même femme a chanté plusieurs morceaux, comme “Te recuerdo Amanda” (Je me souviens de toi Amanda) ou “El derecho de vivir en paz” (Le droit de vivre en paix). Des textes qui racontent le quotidien ou les aspirations des Chiliens de l’époque, tout en ayant une résonance aujourd’hui, en pleine résurgence de la contestation sociale.


      Le “rossignol” toujours en vie



      Proche du Parti communiste, Victor Jara s’inspirait de la vie quotidienne des classes populaires et ouvrières. “Les sirènes retentissent/ De retour du travail/ Beaucoup ne sont pas revenus”, chante-t-il dans “Te recuerdo Amanda”, qui relate un amour impossible entre un ouvrier et sa douce qui n’ont que quelques minutes par jour pour se voir.

      Mais cet engagement à gauche et son soutien au président socialiste Salvador Allende lui furent fatals. Le 11 septembre 1973, jour même du coup d’État d’Augusto Pinochet, il fut arrêté par la junte militaire avant d’être torturé et tué quelques jours plus tard.


      Mon Dieu ! C’est comme tuer un Rossignol”, aurait alors dénoncé le poète Pablo Neruda, avant d’être lui aussi victime de cette période sanglante de la dictature. 46 ans après sa mort, force est de constater que l’on peut donc toujours entendre les chants du “rossignol” dans le ciel chilien.

      14 septembre, 2019

      COMMÉMORATION DE L'ASSASSINAT DE VÍCTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
       VÍCTOR JARA
      COMMÉMORATION DU 46ÈME ANNIVERSAIREDE L'ASSASSINAT DE VÍCTOR JARA
      1973 - 14 SEPTEMBRE - 2019
      TOMBE DE VICTOR JARA
      PHOTO INTHEMOOD
      Víctor Lidio Jara Martínez, né dans la commune de San Ignacio, province de Ñuble, le 28 septembre 1932 et assassiné à Santiago, le 14 septembre 1973, était un chanteur auteur-compositeur-interprète populaire chilien. Membre du Parti communiste chilien, il fut l'un des principaux soutiens de l'Unité Populaire et du président Salvador Allende.

      SUR LE MÊME SUJET :

      09 janvier, 2019

      LA NOUVEAUTÉ NETFLIX DE LA SEMAINE « MASSACRE AT THE STADIUM »


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      LA NOUVEAUTÉ NETFLIX DE LA SEMAINE
       « MASSACRE AT THE STADIUM » 
      Vous ne savez plus trop quoi regarder sur Netflix ? Les nouveautés Netflix de la semaine (sorties du 07/01/19 au 13/01/19) Vous avez déjà bien ratissé les recoins du catalogue série et film ? Et bien, laissez-nous vous dire ce que la plateforme de Streaming vous réserve pour cette deuxième semaine de janvier 2019.
      Netflix 
      Documentaire Remastered :« Massacre at the Stadium »
      LOGO NETFLIX 
      La série de documentaires Remastered propose de retracer la vie d’artistes disparus prématurément. Ce nouvel épisode racontera l’histoire de Victor Jara.
      « MASSACRE AT THE STADIUM» 
      [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 

      28 septembre, 2018

      86ème ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE VICTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
       VICTOR JARA
      PHOTO ARCHIVO VICTOR JARA
      86ÈME ANNIVERSAIRE DE LA 
      NAISSANCE DE VICTOR JARA 
      1932 -28 SEPTEMBRE- 2018
       VICTOR JARA
      PHOTO ARCHIVO VICTOR JARA
      Víctor Lidio Jara Martínez né à San Ignacio, région du Biobío, le 28 septembre 1932 - Mort assassiné à Santiago du Chili, le 14 septembre 1973, il était un chanteur auteur-compositeur-interprète populaire chilien.

      06 juillet, 2018

      LE CHILI CONDAMNE ENFIN LES ASSASSINS DU CHANTEUR VÍCTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      Neuf militaires sont reconnus coupables d'avoir torturé et tué l'artiste au moment du coup d'Etat de Pinochet, en 1973. Reste un lieutenant réfugié aux Etats-Unis, dont la demande d'extradition traîne depuis 2014.
      Le Chili condamne enfin les assassins du chanteur Víctor Jara
      François-Xavier Gomez
      VÍCTOR JARA À PARIS 1961 
      Cinq ans et demi après leur inculpation, neuf militaires chiliens ont été condamnés mardi à Santiago pour la mort du chanteur Víctor Jara, le 16 septembre 1973, dans les jours qui suivirent le coup d’État du général Augusto Pinochet. Huit écopent de 18 ans de détention, le dernier de 5 ans pour complicité. Il aura donc fallu 45 ans pour qu’aboutisse le procès de l’assassinat de celui qui fut, avec le président Salvador Allende, la victime la plus célèbre du putsch militaire. Les procédures judiciaires ne sont pas closes pour autant. Les condamnés peuvent faire appel, et le cas du dixième homme, celui qui a tiré le coup de grâce dans la nuque de Jara, reste en suspens : il a fui aux Etats-Unis en 1989, et le Chili le réclame depuis 2014.
      ________________


      Mains broyées

       PHOTOMONTAGE
      LITTRÉ QUIROGA ET VÍCTOR JARA
      Proche du Parti communiste et engagé aux côtés de l’Unité populaire, le rassemblement des gauches qui porta au pouvoir Salvador Allende, Víctor Jara, 40 ans, fut arrêté le jour même du coup d’État, le 11 septembre, alors qu’il donnait un cours de théâtre à l’université technique de Santiago. Enfermé au stade Chile, il est supplicié plusieurs jours de suite. Les militaires lui broient les mains à coups de crosses pour lui faire passer l’envie de jouer de la guitare. Il est finalement abattu, et son corps abandonné dans un terrain vague, en compagnie de celui du directeur des prisons d’Allende, Littré Quiroga. Sa femme Joan Turner Jara, une Anglaise installée au Chili pour étudier les danses folkloriques, récupère le corps et l’enterre clandestinement. En 2009, le corps est exhumé et enfin autopsié. Il a gardé les traces de 44 balles, dont le coup de grâce. Et son enterrement officiel peut enfin avoir lieu.


      Dès qu’elle est connue, la mort de Víctor Jara devient le symbole de la sanglante répression de Pinochet contre son peuple. Dans les meetings de solidarité, on reprend sa chanson Te recuerdo Amanda (Je me souviens de toi, Amanda), histoire d’amour sur fond d’usine en grève. Le nom de Víctor Jara est donné à des rues, à des centres culturels. Un biopic est tourné en Allemagne de l’Est, avec dans le rôle de Jara le mystérieux rockeur-espion américain Dean Reed. Bruce Springteen ou Bono, en concert au Chili, n’ont pas manqué de lui rendre hommage. En France, Philippe Cohen-Solal, cofondateur de Gotan Project, lui a consacré un émouvant hommage: le titre 44 Tiros, rare exemple de rencontre entre l’électronique et de la chanson engagée.

      À LIRE AUSSI

      Planqué en Floride

      Les neuf tortionnaires ont été condamnés pour les assassinats de Víctor Jara et de Littré, et devront verser 1,8 million d’euros aux familles des victimes. Il manquait pourtant sur le banc des accusés l’homme considéré comme le chef du groupe. Le lieutenant Pedro Barrientos avait fui le Chili en 1989, un an avant que Pinochet ne quitte le pouvoir. Installé en Floride, il avait acquis la nationalité américaine par mariage. C’est à Deltona, où il est concessionnaire automobile, que le débusque une équipe de télévision chilienne en 2012. Il affirmait alors n’avoir jamais mis les pieds au stade Chile, ni avoir croisé Jara. Affirmations contredites par de nombreux témoins, dont des soldats qui torturaient sous ses ordres. En 2014, la justice américaine est saisie d’une demande d’extradition du gouvernement chilien, sur laquelle elle n’a toujours pas statué. Et en juin 2016, un tribunal fédéral d’Orlando (Floride) le déclarait coupable de la mort du chanteur, le condamnant à payer 28 millions de dollars de dédommagement à la famille du défunt. Aujourd’hui l’ex-lieutenant est toujours en liberté. 

      HUIT MILITAIRES CHILIENS CONDAMNÉS POUR LE MEURTRE DE VICTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      LE 5 DÉCEMBRE 2009 À SANTIAGO, LES FUNÉRAILLES DE VÍCTOR JARA,
      36 ANS APRÈS SA MORT, FURENT SUIVIES PAR DES MILLIERS DE CHILIENS.
      PHOTO CLAUDIO SANTANA. AFP

       SANTIAGO DU CHILI (Reuters) - Huit militaires chiliens à la retraite ont été condamnés mardi à des peines de 15 de prison pour le meurtre du chanteur et poète chilien Victor Jara lors du coup d'Etat qui a conduit, en 1973, le général Augusto Pinochet.

      Un neuvième accusé a été condamné à cinq ans de prison pour voir couvert ce meurtre.

      Alors âgé de 40 ans, Victor Jara était un chanteur et un directeur de théâtre reconnu. Également universitaire, il avait soutenu Salvador Allende lorsque ce dernier menait campagne pour être élu à la présidence du Chili en 1970.

      Comme des milliers d'autres partisans du président socialiste, Victor Jara a été arrêté par l'armée dans la foulée du coup d'État et conduit dans le stade de football de Santiago du Chili qui porte aujourd'hui son nom.

      Selon des survivants, ses mains ont été écrasées à coups de crosse et il aurait été brutalement battu au cours de sa brève incarcération. Retrouvé quelques jours plus tard, son cadavre était criblé de plusieurs dizaines de balles.

      (Aislinn Laing, Nicolas Delame pour le service français)

      28 septembre, 2017

      85ème ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE VICTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      PHOTO VICENTE ET ANTONIO LARREA 
      PHOTO COLORISÉE JOSÉ INFESTAS
      85ÈME ANNIVERSAIRE DE LA 
      NAISSANCE DE VICTOR JARA 
      1932 -28 SEPTEMBRE- 2017
      VICTOR JARA
      Víctor Lidio Jara Martínez né à San Ignacio, région du Biobío, le 28 septembre 1932 - Mort assassiné à Santiago du Chili, le 14 septembre 1973, il était un chanteur auteur-compositeur-interprète populaire chilien.

      14 septembre, 2017

      14 SEPTEMBRE 2017 - COMMÉMORATION DE L'ASSASSINAT DE VÍCTOR JARA


      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      PHOTO PATRICIO GUZMÁN CAMPOS
      COMMÉMORATION DU 44ÈME ANNIVERSAIRE
      DE DE L'ASSASSINAT DE VÍCTOR JARA
      1973 - 14 SEPTEMBRE - 2017
      TOMBE DE VICTOR JARA
      PHOTO INTHEMOOD
      Víctor Lidio Jara Martínez, né dans la commune de San Ignacio, province de Ñuble, le 28 septembre 1932 et assassiné à Santiago, le 14 septembre 1973, était un chanteur auteur-compositeur-interprète populaire chilien. Membre du Parti communiste chilien, il fut l'un des principaux soutiens de l'Unité Populaire et du président Salvador Allende.

      12 avril, 2017

      «44 TIROS», UNE CHANSON RÉCLAME JUSTICE POUR VICTOR JARA

      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      [ Pour écouter, cliquer sur la flèche ] 


      [ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 

      « 44 TIROS » EST UNE CHANSON DE PHILIPPE COHEN SOLAL (GOTAN PROJECT) 
      © ¡YA BASTA! RECORDS
      BASED ON: "LA PARTIDA" BY VÍCTOR JARA 
      SCRATCHES: DJ NAKEYE
      RECORDING & MIX: MARC DAMBLÉ @ SUBSTUDIOZ, PARIS
      PRODUCED BY PHILIPPE COHEN SOLAL
      LICENCE YOUTUBE STANDARD  
      DURÉE : 00:03:05

        Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) rend hommage au chanteur assassiné par la dictature de Pinochet en 1973. On y entend pour la dernière fois Angel Parra, proche ami de Jara, mort il y a un mois.
        Par François-Xavier Gomez
        il y a un mois, le 11 mars, disparaissait le chanteur chilien, parisien d’adoption, Angel Parra. Une de ses dernières collaborations artistiques a été dévoilée mardi sur Internet : un hommage à son compatriote Victor Jara. Tous deux militants de gauche et soutiens du gouvernement d’unité populaire de Salvador Allende, ils furent arrêtés lors du coup d’Etat du général Pinochet, le 11 septembre 1973. Jara est torturé puis abattu dans un stade de Santiago. Parra est enfermé dans un autre stade, puis transféré dans le camp de détention de Chacabuco. Les pressions internationales l’en feront sortir au bout de cinq mois.


        28 septembre, 2016

        84ème ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE VICTOR JARA

        [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


        84ÈME ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE VICTOR JARA

         1932 -28 SEPTEMBRE- 2016

        Víctor Lidio Jara Martínez né à San Ignacio, région du Biobío, le 28 septembre 1932 - Mort assassiné à Santiago du Chili, le 14 septembre 1973, il était un chanteur auteur-compositeur-interprète populaire chilien.